Démonstration de l’histologie sérielle

Cette vidéo est une démonstration d’un système d’histologie sérielle automatisé. L’échantillon est d’abord incorporé dans un gel d’agarose et placé dans un récipient rempli d’eau sur un support motorisé. Ensuite, une lame vibrante coupe une fine tranche dans l’échantillon (environ 200 microns) pour révéler de nouvelles couches du tissu. L’échantillon est déplacé sous l’objectif du microscope à l’aide du support motorisé. Enfin, un labjack, motorisé lui aussi, élève l’échantillon de 200 microns et une nouvelle tranche de tissu est prélevée avec le vibratome. Ce processus est répété jusqu’à ce que la totalité de l’échantillon ait été imagée.

Pour cet exemple, le système de tranchage était couplé à un microscope en tomographie par cohérence optique (OCT) et il a été utilisé pour imager les fibres musculaires d’un cœur de souris en 3D. L’OCT utilise une source à balayage, permettant d’imager le tissu à plusieurs profondeurs simultanément.

Ce travail a été effectué au Laboratoire d’Imagerie optique et moléculaire situé chez Polytechnique Montréal et il est accessible sur demande.

Une telle plateforme d’imagerie génère des défis importants quant à la gestion des données massives, l’automatisation de l’acquisition, la reconstruction des données et l’extraction d’information à partir des données de microscopie brutes. La recherche effectuée dans notre groupe de recherche vise à aborder ces défis, par exemple en intégrant des méthodes d’intelligence artificielle et de vision par ordinateur pour assister l’opérateur.trice du microscope et pour cibler des zones d’intérêt à acquérir avec le système. Consultez le programme de recherche « Histologie sérielle augmentée » pour plus de détails à ce propos.